Le livre

Le Roman de Tristan

vendredi 8 mars 2019

Un monument de la littérature française

TRISTAN_TOME_1-web.jpg TRISTAN_T2-web.jpg
Le Roman de Tristan en prose, qu’on appellera ici plus sobrement Tristan, est un phénomène de littérature colossal, un monument, une Iliade des chevaliers, l’ultime flamboiement – d’une clarté tragique – de l’idéal chevaleresque. Un roman de l’épuisement de la matière littéraire médiévale, qui l’essore jusqu’à ce qu’il en ait exprimé l’ultime goutte. Il vaut la peine de pouvoir être lu, à ce seul titre.

Lire la suite...

Un roman de divertissement

C’est toute une mythologie qui nous est restituée, et qui offre à la chevalerie de l’automne du Moyen Âge un miroir où trouver sa conduite à tenir. Il faut bien se figurer que le roman a été conçu à destination des aristocrates et chevaliers (pas toujours de fins lettrés), et qu’il était reçu par eux un peu comme aujourd’hui les séries télévisées le sont du grand public.

Lire la suite...

L'argument

Le roman reprend la trame narrative classique de Tristan et Iseult, mais il l’augmente d’une infinité de péripéties en raccordant les aventures des amoureux malheureux au cycle tout entier de la Table Ronde. Si vous cliquez sur "lire la suite", attention aux spoilers

Lire la suite...

La vulgate et le texte source

Le Tristan en prose trouve sa source dans le courant du XIIIe siècle et va connaître un succès faramineux puisqu’on lui connaît plus de 80 manuscrits, chacun présentant une variante de l’histoire.

Lire la suite...

L'auteur

Même s’il existe plusieurs candidats (dont un certain Luce de « La Salebière », en fait Salisbury, régulièrement cité dans les manuscrits), on ne connaît pas, en réalité, l’auteur de ce chef-d’œuvre.

Lire la suite...

La traductrice

Isabelle Degage est docteur en droit. Disposant d’une appétence spécifique pour le droit médiéval et après s’être formée au vieux et moyen français, elle a travaillé plusieurs années à la mise en français moderne du Tristan, directement à partir du manuscrit conservé à Vienne, lequel est une des quelques quatre-vingts variantes de ce qu’on appelle communément le Tristan en prose.

Lire la suite...