Les trente chevaliers

fol152.jpg
Tristan et Dinadan, en quête d’aventures au royaume de Logre, croisent la route d’un sage qui les met en garde contre le piège que la fée Morgane a tendu à Lancelot un peu plus loin. Trente chevaliers l’attendent pour le mettre à mort.
C'est aussi l'épisode 3 de la saison 2 : Le piège

Quand messire Tristan aperçoit les chevaliers, il s’arrête immédiatement dans la vallée puis les montre à Dinadan.
« Dinadan, fait-il, nous verrons ce dont vous êtes capable. Sachez bien que si vous agissez lâchement, je vous tuerai de mes mains.
— Devant Dieu, Tristan, réplique Dinadan, ce que vous me dites est étonnant. Que Dieu vous garde, pourquoi me menacez-vous ainsi ? Dieu m’est témoin, je crois et je suis sûr que lorsque vous quitterez ces lieux, il vous sera difficile de me nuire. Concentrez-vous sur vos coups si vous voulez mener à bien une action si importante. »
Messire Tristan ne répond rien à Dinadan. Il place aussitôt son écu devant sa poitrine et éperonne son cheval. Il crie aux chevaliers de toute sa voix :
« Seigneurs chevaliers ! Gardez-vous de moi ! » Il frappe si rudement le premier qu’il rencontre qu’il le porte à terre très cruellement et le blesse à la poitrine. Il se précipite rageusement vers un autre et le heurte ; son haubert ne résiste pas et il lui enfonce le fer de sa lance dans la poitrine. Il le frappe bien. Mais finalement, le chevalier vole à terre si gravement navré qu’il ne se releva pas. Car il était mort. Et dans sa chute, la lance vole en éclats. Dinadan, qui arrivait ensuite, plongea dans la mêlée et œuvra si bien qu’il en abattit deux avec sa lance avant qu’elle ne soit brisée. Et les deux chevaliers furent grièvement blessés. Ainsi, comme je vous le raconte, le combat de messire Tristan, aidé de Dinadan, contre les trente chevaliers débuta-t-il.
Après avoir brisé sa lance, messire Tristan ne tarde pas. Il empoigne aussitôt son épée, avec laquelle il avait déjà donné de nombreux coups violents et lourds. Quand celui qui dirigeait les chevaliers voit les grands coups que messire Tristan donne, il est persuadé qu’il s’agit de Lancelot du Lac. Il s’écrie à haute voix :
« Seigneurs chevaliers, sus ! Vous avez Lancelot du Lac entre vos mains ! Prenez garde qu’il ne vous échappe ! »
fol156.jpg
Ainsi commence le combat, grand et complet, car les chevaliers se précipitent sur messire Tristan et sur Dinadan. Dès le début, ils auraient pu tuer les chevaux et obliger les chevaliers à mettre pied à terre. Mais ils ne le veulent pas car ils se couvriraient de honte et parce qu’ils croyaient aisément les mettre à mort sans pour autant tuer leurs chevaux. La bataille est grande, complète et redoutable à regarder. Les deux chevaliers sont assaillis violemment de toutes parts. On les frappe, on les heurte aussi souvent que le forgeron cogne sur son enclume. Mais ils ne leur donnent pas de coups assez grands dont ils ne reçoivent en retour une récompense. Messire Tristan est au milieu d’eux, aussi fort, aussi redoutable que s’il avait à ses côtés vingt des meilleurs chevaliers du monde. Vous pouviez voir des coups prodigieux et des heaumes résonner et retentir, des écus taillés en pièces et endommagés, des hauberts rompus et déchirés. Messire Tristan tranche dans les rangs, frappe à droite et à gauche. Il n’épargne personne car il n’a ni pitié ni miséricorde. On connaît sa bravoure au sang vermeil de ses ennemis qui teinte son épée. Grands sont les cris, grand est le bruit qui proviennent des coups qu’il donne et qu’il reçoit. Toute la vallée et toute la forêt en retentissent.

Écoutez l'épilogue de cet affrontement dans l'épisode 3 de la saison 2, Le piège