Les enluminures - tome 1

fol103-detail.jpg

Le manuscrit 2537 conservé à la bibliothèque de Vienne sur lequel est basé notre traduction recèle de riches enluminures. Nous vous présentons ici celles qui correspondent à notre tome 1, Le Philtre.
 

Feuillet 36 - Le chevalier blanc

fol36.jpg

Tristan arriva avec sa compagnie et ses armes blanches. Voyant ceux de l’extérieur sur le point d’être défaits et comprenant que, poursuivi par les ovations, le chevalier noir a triomphé, il lui vient à l’esprit qu’il s’agit de Palamède, le chevalier qu’il hait mortellement.
 

Feuillet 37 - La fontaine

Nous voici au début de l'épisode 6 saison 1 : Le piège

fol37.jpg
Parvenu au château dominant la mer où séjournaient la reine d’Irlande, Iseult et Brangain, Tristan attendit patiemment la nuit car il ne voulait pas être reconnu. Il descendit jusqu’à un pré, ôta ses armes et les dissimula près d’une fontaine.
 

Feuillet 48 - Le combat contre Blanor

fol48.jpg
Que vous dire ? Les deux chevaliers soutiennent longtemps cet assaut ; si l’un frappe fort, l’autre fait mieux ; si l’un est léger, l’autre est leste. Si l’un est orgueilleux, l’autre l’est davantage. Si l’un attaque, l’autre ne recule. Et ainsi, l’un prend le dessus de la bataille et l’autre a le dessous. Et celui qui avait l’avantage est à présent défavorisé. La bataille dure longtemps, maintes fois capricieuse car Tristan prend l’avantage et le perd aussitôt. Il est tantôt joyeux, tantôt désemparé. Sa joie est de courte durée et sa peine ne dure guère car il gouverne Blanor à sa guise grâce aux coups puissants qu’il lui donne. Mais Blanor recouvre ses forces par crainte de mourir et fait reculer Tristan, bon gré, mal gré, sous la pluie de coups qu’il lui prodigue en abondance.
 

Feuillet 50 - La traversée

Nous voici maintenant au début de l'épisode 7 saison 1 : Le philtre

fol50.jpg
Ils quittent à présent la terre car les marins avaient réuni tout ce dont ils avaient besoin. Le temps est beau, l’air pur, la mer sans colère ni tourment et le vent favorable selon leur gré les éloigne de la terre dès que la voile est hissée.
 

Feuillet 60 - L'enlèvement d'Iseult

fol60.jpg
Ce soir, Tristan arrive, joyeux, et quand il les voit tous si affligés, cela l’attriste et l’étonne car, habituellement, il était accueilli avec joie. Il se présente devant le roi et le salue, et le roi lui rend son salut, l’air effondré.
« Sire, fait Tristan, dites-moi, s’il vous plaît, pourquoi vous êtes si accablé ainsi que tous ceux ici présents. Vous étiez si joyeux ce matin.
— Beau neveu, dit le roi Marc, ainsi en va-t-il de par ce monde. Nous étions heureux ce matin et une autre aventure nous a plongés dans la détresse. »

 

Feuillet 80 - Nabon le Noir

fol80.jpg
« Tristan, dit Nabon, je suis fort aise de t’avoir trouvé dans ma prison. Je peux me délecter plus encore de ce jeu que nous allons commencer. Ce n’est plus un jeu d’escrime. Je te redoute plus qu’avant. Aussi je veux te montrer qu’à l’instar de Tristan, qui est le meilleur chevalier au monde à l’épée, Nabon le Noir est le plus grand duelliste. »
 

Feuillet 95 - Brangain messagère

fol95.jpg
La demoiselle chevauchait richement parée et si on me demandait qui elle était, je répondrais qu’il s’agissait de Brangain envoyée par ma dame Iseult auprès de monseigneur Tristan ; elle avait enduré fatigue et épuisement au cours de ce voyage.
 

Feuillet 99 - Attentat contre le roi Arthur

fol99.jpg
La demoiselle observe la tour et voit sous l’un des plus beaux pins du monde deux chevaliers en armes qui tenaient à leurs pieds un autre chevalier à qui ils arrachaient le heaume. Une demoiselle s’apprêtait à lui couper la tête avec sa propre épée.
 

Feuillet 103 - Les lais de Tristan

fol103.jpg
Dès que messire Tristan entend le son de la harpe, il délaisse sa peine, regarde la demoiselle qui jouait et lui dit :
« Demoiselle, jouez un lai, que Dieu vous garde.
— Sire, fait-elle, très volontiers, que Dieu me bénisse. Soyez assuré que si un lai devait vous réconforter, vous le serez alors rapidement car je crois que nul ne composa un lai que je ne sache.
— Commencez donc, dit-il. Je saurai si vous connaissez les lais que je fis jadis.
— Certes, approuve-t-elle, je crois que vous n’écrivîtes jamais que trois lais. Et je les connais bien tous les trois.
— Au nom de Dieu, s’exclame-t-il, c’est vrai. Je n’ai composé que trois lais en vérité. Entonnez-les. J’entendrai si vous les savez. »
Elle commença par celui qu’il avait composé dans le navire quand il lui fallut prendre la mer car il ne pouvait guérir en Cornouaille. Un autre lai avait été écrit en mer quand il connut pour la première fois ma dame Iseult après avoir bu le philtre d’amour. Le dernier lai avait été composé au Morois quand ma dame Iseult séjournait avec lui dans la forêt. Il avait appelé le premier lai le « Lai des Pleurs ». Le second était intitulé « Le Breuvage Amer ». Et le troisième « Plaisir d’Amours ».

Le quatrième lai de Tristan, le « Lai mortel », a été mis en musique par Sika Gblondoumé et Nicolas Sarris. Retrouvez leurs compositions à chaque fin d'épisode de la saison 1
 

Feuillet 111 - Amoureux délaissés

fol111.jpg
« Palamède, reprend Kahédin, que vous dire ? Nous sommes assurément le fou qui croit atteindre la lune en montant. Et après avoir tant grimpé qu’il ne peut plus avancer, il s’aperçoit de sa folie. »