mardi 24 mai 2016

Spinalonga, 1927

Au mois de septembre 1927, suite à la demande pressante de Georges Blanc, alors directeur de l'Institut Pasteur de Grèce à Athènes et du médecin et député crétois Michel Katapotis – grand défenseur des lépreux –, Charles Nicolle médecin déjà célèbre – il recevra le prix Nobel l'an suivant – se rend en Crète avec son fils et l'écrivain Georges Duhamel. À cette occasion, ils visitent la léproserie de l'île de Spinalonga, accompagnés du médecin de district E. Perakis, de Georges Blanc et de son assistant K. Kaminopetros, de Michel Katapotis ainsi que de différents personnages officiels crétois. On peut supposer que le petit film dont un extrait est présenté ici (Pathé baby) a été tourné par le fils de Nicolle.

Lire la suite

mercredi 11 mai 2016

Chaniotikos Stafidianos, mandinada

La mandinada est un poème traditionnel chanté en dialecte crétois. Issue du fonds populaire, elle est composée de couplets rythmés de quinze syllabes et autorise l’improvisation. Passant oralement d’une génération à la suivante, elle traite des amours et des peines des hommes.

Lire la suite

mercredi 4 mai 2016

L'île de Spinalonga et le centre antilépreux

À la fin du XIXe siècle, le lieu est habité presque exclusivement par des "Turco-Crétois", Crétois convertis à l'Islam lors de l'occupation ottomane. Entre 1900 et 1904, date de l'entrée de lépreux sur l'île, ils quittent peu à peu leur cité.

Aux avantages pécuniaires d’un lieu qui ne nécessitait aucun aménagement – les lépreux occuperaient les habitations des anciens propriétaires –, s’ajoute un choix politique. Même si le fort ne présente plus aucun intérêt militaire, le gouvernement crétois ne voit pas d’un bon œil cette concentration ottomane dans Spinalonga. Jouant sur le sentiment nationaliste, il va, par sa décision, réussir une double opération : expulser ces intrus pour le plus grand profit de la population régionale et loger à bon compte les lépreux des meskiniès. (AA, p. 405)

Lire la suite

jeudi 7 avril 2016

Interviews de Pavlakis, lépreux de Spinalonga

Série d'interviews Maurice Born, Agia-Varvara, Athènes, 1972,1973.

Pavlakis, malade de la lèpre, interné d’abord à la station antilépreuse d’Agia Varvara (Athènes), puis sur l’île de Spinalonga pendant une quinzaine d’années.

Extrait 1 – durée 1 min 21 sec.

Ici, le lépreux qui n’a pas été marqué par le mal ne veut pas de nous les vieux, les estropiés. Il nous fuit. Non, ici, dans notre cercle, il ne nous évite pas, mais dehors, en société, il ne nous parle pas. L’autre jour à l’église (il s’agit d’une église qui se trouve dans l’enceinte de l’ancienne station antilépreuse), il y avait certains anciens malades, qui, guéris, habitent maintenant dans Agia Varvara, (dans les alentours de la station antilépreuse, précise Remoundakis). Bon, j’ai vécu ici avec deux d’entre eux. Aujourd’hui, sortis, ils n’ont aucun signe, ils sont comme les gens en santé. […] Quand ils m’ont vu, immédiatement, l’un des deux est sorti de l’église. Quant à l’autre, il s’est tenu à l’écart de moi d’une façon qui me désignait comme malade. Quand nous sommes sortis, je lui ai demandé : « Tu avais peur que je salisse ton image ? — Oui », il m’a répondu.

Extrait 2 – durée 37 sec.

Rien n’a jamais été obtenu de l’état sans combat. C’est-à-dire, jamais le directeur n’est venu nous voir en demandant ce qu’il fallait faire, peut-être fallait-il faire une chemin, ou aménager telle chose, ou faire venir tel médicament… en le considérant en tant que responsable, ou en tant qu’état, jamais. C’est nous qui le voyions, qui le demandons… et ils nous le refusaient… et nous devions mener de d’énormes combats afin d’obtenir satisfaction. C’est à dire… si nous avions eu le soutien des dirigeants, là notre société aurait été totalement différente.

Interview du docteur Grammatikakis, médecin et directeur de Spinalonga

Série d'interviews par Maurice Born, Agios Nikolaos, Crète, 1971.

Le Dr Emmanouil Grammatikakis est arrivé sur l’île de Spinalonga en 1924. Médecin en chef (et unique), il exerçait simultanément les rôles de directeur, de juge et de chef de la police de l’île. Il est resté en place jusqu’à 1952, soit 28 ans. Vers la fin de son exercice, il sera nommé médecin de district (nomiatros), et cumulera un temps les deux postes.

Quand je suis entré et j’ai trouvé la léproserie, elle était dans un état embryonnaire… c’est-à-dire, elle fonctionnait sur un mode primaire. Aucune thérapie… antilépreuse. Les soins médicaux dispensés étaient insignifiants, parce que les médecins n’habitaient pas le lieu, mais à Agios Nikolaos ou dans leurs villages. Nous avons mis en place des thérapies antilépreuses comme l’huile de chaulmogra ou les acides hydnocarpiques (l’acide hydnocarpique est en fait un extrait de l’huile de chaulmogra) et d’autres médicaments antilépreux… Quant aux soins généraux, étaient dispensés les soins habituels. […] On a construit sur l’île une salle de cinéma, une salle de loisirs, une salle d’auscultation, une église, installé du personnel, etc.

mercredi 9 mars 2016

Epaminondas Remoundakis, Crétois

Au milieu de la côte sud de cette province de Sitia, à une demi-heure de la mer, perché sur une colline, se trouve le village d’Agia Triada. Il fait face à la mer de Libye et, sur sa droite, s’étendent des terres en friche nommées Karkalès, aujourd’hui transformées en champs d’oliviers. Ici, chaque pierre, chaque poignée de terre a son histoire… (VM, p. 13)

Lire la suite

samedi 5 mars 2016

D’Agia Varvara à Spinalonga

En 1935, Epaminondas Remoundakis est enfermé à la léproserie d'Athènes, Agia Varvara. Les installations militaires qui y ont été construites dans les années 1920 sont utilisées comme habitations pour les malades jusqu'en 1975.

Les lépreux de Crète sont enfermés sur l'île de Spinalonga jusque dans les années 1920, et ceux de toute la Grèce jusqu'à la fermeture du centre en 1957. L’ambivalence des positions face à Spinalonga est permanente : si les couples choisissent de rejoindre l’île (où ils peuvent vivre ensemble), le lieu demeure pour ceux qui ne l’ont pas choisi un lieu maudit, et un déplacement forcé est alors justement vécu comme une tragédie.

Lire la suite

vendredi 4 mars 2016

Dernières paroles, Werner Herzog

1968 – Film de Werner Herzog intitulé Dernières paroles. Documentaire-fiction sur Spinalonga. Quelques plans tournés sur l'île, rues et cimetière. Durée : 13 min (grec, pour afficher les sous-titres en anglais, cliquez sur l'icône sous-titres en bas à droite)

jeudi 3 mars 2016

L'Ordre, Jean-Daniel Pollet et Maurice Born

1973 – Film-essai sur l'histoire de la lèpre en Crète, de Jean-Daniel Pollet et Maurice Born intitulé L'Ordre. Tourné sur l'île de Spinalonga ainsi que dans la station antilépreuse de l'hôpital de Aghia-Varvara, à Athènes. Avec la présence d'Epaminondas Remoundakis. Durée : 44 min.